Monde

Israël : le procès pour corruption de Nétanyahou reporté en raison du coronavirus

Le procès pour corruption du premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou, qui devait s’ouvrir mardi, a été reporté de deux mois, sur fond de crainte de propagation du nouveau coronavirus.

Au vu de la propagation du coronavirus et selon les instructions limitant le travail des tribunaux aux cas urgents uniquement, nous avons décidé de reporter au 24 mai 2020 la première audience du procès de Benyamin Nétanyahou, a indiqué dimanche le tribunal de Jérusalem dans un communiqué.

Benyamin Nétanyahou, premier chef de gouvernement de l’histoire d’Israël à être mis en examen en cours de mandat, est inculpé pour corruption, malversation et abus de confiance dans trois affaires.

Le premier ministre clame son innocence et se dit victime d’une chasse aux sorcières des services du ministère public et des médias.

Le procès devait s’ouvrir au moment où Nétanyahou, au pouvoir sans discontinuer depuis une décennie, mène des discussions politiques pour former un gouvernement, à l’issue des élections législatives du 2 mars.

Le premier ministre a réitéré dimanche son appel à la formation d’un cabinet d’urgence pour faire face au virus ayant contaminé 200 personnes, selon le dernier bilan du ministère israélien de la Santé.

Des dizaines de milliers de personnes sont confinées chez elles et les autorités ont annoncé samedi soir de nouvelles mesures pour tenter d’arrêter la propagation de l’épidémie.

Les rassemblements de plus de 10 personnes sont interdits, tous les lieux de loisirs doivent rester fermés, et le ministère de la Justice a annoncé que les activités des tribunaux sont désormais limitées aux cas urgents.

Toujours pas de gouvernement

Pour l’instant, ni Benyamin Nétanyahou, à la tête du parti de droite Likoud, ni son rival centriste du parti Bleu-Blanc, Benny Gantz, ne sont parvenus à obtenir l’appui de 61 parlementaires, seuil requis pour former un gouvernement.

Le gouvernement servira six mois et les ministères seront répartis de manière égale : le premier ministre ne pourra pas démettre les ministres de « Bleu-Blanc » et « Bleu-Blanc » ne pourra pas destituer le premier ministre, a-t-il proposé dimanche dans un communiqué.

Face à la situation d’urgence nationale et mondiale, nous devons unir nos forces et mettre en place un gouvernement fort et stable qui peut adopter un budget et prendre des décisions difficiles.Benyamin Nétanyahou, premier ministre d’Israël

Benny Gantz avait refusé d’entrer dans un gouvernement dirigé par le chef du Likoud à l’issue des deux précédentes élections d’avril et septembre qui n’avaient pas débouché sur la formation d’un gouvernement, précipitant Israël dans la pire crise politique de son histoire.

Mais jeudi, il a accepté de discuter de la mise en place d’un gouvernement d’urgence.

Benny Gantz a appelé dimanche son opposant à discuter directement avec lui de la formation d’un gouvernement d’urgence plutôt que de passer par des intermédiaires.

Celui qui veut l’union […] n’envoie pas « une proposition de

d’urgence-union » à la presse, mais envoie son équipe de négociateurs pour discuter, a-t-il réclamé sur Twitter.

Le président Reuven Rivlin, chargé de désigner d’ici mardi la personne devant former le prochain cabinet, rencontre dimanche tous les chefs de partis élus au Parlement. Ils doivent lui faire part de leur candidat favori.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
consequat. libero dolor Curabitur Phasellus diam fringilla commodo ut
Fermer