Faits Divers

Pour traquer le virus, les téléphones des citoyens espionnés

Quinze pays exploitent les données des opérateurs de télécommunications pour contrôler les mouvements des personnes infectées par le coronavirus.

Chaque jour, l’infection gagne un nouveau pays. La Corée du Sud, l’Inde, l’Allemagne, l’Italie, l’Autriche et Israël, tous ont succombé au virus… de la surveillance de leur population. Des gouvernements qui cherchent à contrôler l’épidémie de coronavirus grâce aux smartphones de leurs concitoyens.

Selon la société Top10VPN, 15 nations ont déjà choisi de s’appuyer sur les données des opérateurs de télécommunications pour repérer leurs ressortissants et contrôler ainsi leurs déplacements ou analyser les risques de contamination.

Les autorités singapouriennes ont même développé une application sur mobile fonctionnant avec le Bluetooth.

TraceTogether (“se surveiller ensemble”) avertit les utilisateurs s’ils croisent dans la rue un individu contaminé, à condition que lui aussi soit équipé de ce logiciel, et qu’il ait préalablement indiqué être malade. En moins d’une semaine, 620 000 personnes ont déjà téléchargé l’appli.

Le code de ce système a même été laissé en libre accès pour être réutilisé gratuitement par d’autres.

En Pologne, les personnes en quarantaine peuvent, elles, recevoir à tout moment un message leur intimant de prendre un selfie géolocalisé. Objectif : être certain qu’elles respectent les mesures sanitaires.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
elementum ipsum at ut dolor. elit. facilisis velit, libero. elit. consequat. vulputate,
Fermer